Main Content

Les obsessions d’« Eurofighter »

Interview mit Hans-Werner Sinn, Challenges, No. 404, p. 46, 09.10.2014

Fustigeant les choix de Bruxelles et les pays « Club Med », dont la France, l’économiste allemand Hans-Werner Sinn pense que l’euro court à sa perte.

En France, personne ne le connaît. En Allemagne, c’est une star. Cet économiste superorthodoxe est parti en guerre contre l’aveuglement de Bruxelles et le laxisme de certains Etats membres. Coqueluche des talkshows économiques, il fait un tabac quand il explique que la zone euro court à sa perte. Surnommé « Eurofighter » par la presse, Hans-Werner Sinn, patron du grand institut économique de Munich IFO, s’est imposé dans le débat politique. Il a désinhibé les Allemands hostiles à la politique européenne avalisée par Angela Merkel : plans d’aide à la Grèce, fonds de sauvetage de la monnaie unique, politique de rachats massifs de titres par la BCE. « Très inquiet » pour la France Fin septembre, il était à Paris pour faire la promotion de son livre The Euro Trap, « le piège de l’euro ». Le Professor Doktor n’en est pas à son coup d’essai. Son Casino Capitalism s’est vendu à 45 000 exemplaires, y compris outre-Atlantique. L’homme sait écrire clair et percutant. Invité à la rédaction de Challenges, il parle avec calme, plus diplomate et nuancé qu’en Allemagne. Un conseiller de l’Elysée qui le connaît bien a prévenu. « Il ne faut pas se fier à son apparente douceur. Il a un côté mer Méditerranée. » Une mer changeante et imprévisible… Hans-Werner Sinn, l’austère natif d’Allemagne du Nord, a peu en commun, a priori, avec la Mare Nostrum. Si ce n’est un regard très bleu et une obsession des pays qui la bordent, de ces Etats, selon lui, irresponsables, à cause desquels la crise s’est amplifi ée. Il explique:       « Pendant des années, l’Europe du Sud a été shootée à l’argent frais, faisant monter les salaires plus rapidement que la productivité. Cela a augmenté les prix et détérioré leur compétitivité.

» La France fait-elle partie de cette Europe méridionale, surnommée par les Allemands « Club Med » ? « Bien sûr », réplique-t-il. Très vite, il exprime sa « grande inquiétude » sur l’état de santé de l’Hexagone. Et de fustiger un manque de croissance, un taux de chômage des jeunes très élevé, un Etat hypertrophié et un secteur public pléthorique. Il grince : « Cette nationalisation des emplois a certainement préservé le bonheur privé des ménages, mais a mis en péril la compétitivité de l’économie. » Manuel Valls lui paraît-il crédible ? « Il a l’air de mettre davantage d’énergie que ses prédécesseurs à lancer des réformes. Reste à voir la mise en oeuvre et les résultats. » L’universitaire pense-t-il au moins que la zone euro va mieux qu’il y a deux ans ? « Non, assène-t-il. On a simplement calmé temporairement les marchés fi nanciers, en résolvant les problèmes de dettes publiques par l’injection massive de fonds publics. Ce qui fait porter le risque sur le contribuable, et a plombé la productivité de la zone euro. Enormément d’argent a été injecté, sans que la pression soit maintenue pour poursuivre de vraies réformes. »

Lui qui assure « vouloir sauver l’Europe » a une solution. Pas que l’Allemagne consomme davantage. Non ! Il campe sur son orthodoxie. Sa solution : « Un euro fl exible, un euro qui respire. Il faut pouvoir y entrer, mais aussi en sortir, fût-ce temporairement. Si on ne peut le quitter, c’est une prison ! Il aurait mieux valu pour la Grèce qu’elle sorte de la monnaie commune en 2010. » Et le temps presse, alerte-t-il. « L’euro a déjà coûté une décennie à l’Europe et avant que l’économie réelle ait récupéré, il va probablement lui en coûter une nouvelle. » Pour ce « prophète de l’apocalypse de l’euro », dixit l’hebdomadaire Die Zeit, « la crise est loin d’être fi nie ».

Ihre Fragen und Kommentare

Haben Sie Fragen, oder möchten Sie uns einen Kommentar zukommen lassen? Dann schreiben Sie uns unter presse@ifo.de. Bitte vermerken Sie in Ihrer E-Mail, auf welchen Artikel Sie sich mit Ihrer Reaktion beziehen!

Pressekontakt

Harald Schultz

ifo Institut
Presse, Redaktion, Konferenzen
Telefon: +49(0)89/9224-1218
Fax: +49(0)89/9224-1267
E-Mail: schultz @ ifo.de
Website


Short URL: www.ifo.de/de/w/4W3jWrJzZ